Forum dédié à la faction Eldar noir / Dark Eldar / Drukhari de l'univers de Warhammer 40 000, mais pas seulement !
 
AccueilFAQRechercherConnexionMembresGroupesS'enregistrer

Partagez | 
 

 Chroniques d'yggdrasill

Aller en bas 
AuteurMessage
Manwë
tourmenteur
avatar

Messages : 454
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Chroniques d'yggdrasill   Sam 12 Jan 2013, 22:36

Hop, comme le suggère le titre, voici le fluff de mes Eldars (les gentils, les kawai^^"). C'est long, donc je mettrai au fur et à mesure^^"

Critiques et/ou conseils bienvenus (y a 102 pages à poster, et encore à écrire xD)

Chapitre Premier: La Guerre Céleste.

« Aurë entuluva! Le jour reviendra! »
Altianesh, Héraut d’Isha.


« Lointains sont à présent les échos et le tumulte de la Guerre. Dans l'obscurité du vide ils se sont perdus à jamais. Mais voici que cette période troublée semble ressurgir car il en fût certaines parmi les innombrables races de la Galaxie qui y prirent part directement. Ainsi vinrent au récit les Eldars, les Premiers Nés, et l'on dit qu'ils furent la première et la plus puissante race créée par les Anciens, la plus belle de leurs oeuvres et ce récit nous est à présent conté à travers leurs souvenirs.

Car voici! Le tumulte de la guerre fait à présent rage à travers les étoiles, et les Yngirs semblent ne pas pouvoir être arrêtés. Marchant inéluctablement, dévorant l'énergie même de toute chose, ils en vinrent à repousser les Anciens eux même, car il est dit que leurs esclaves étaient emprunts de jalousie à leur égard depuis des millénaires. Alors résonnèrent les tambours de guerre, et les Anciens appelèrent tous leurs Enfants à la guerre. A travers la galaxie toute entière, les armées se levèrent, se parant de milles couleurs à une époque où les Dieux eux-mêmes combattaient aux cotés des mortels. Ainsi, les Eldars répondirent à l'appel de leurs créateurs et dans le lointain système d'Asâlon, sur la planète Ethanon, se leva une force parmi les plus belles qui ne furent jamais et leurs exploits sont encore chantés aujourd'hui par les eldars d'Yggdrasil. Car enfin, sous les paroles d'Isha, Mère de Toute Chose, et d’Altianesh le Mille Fois Béni, l'Athal Naaru, la Lumière de la Vengeance, se lève et prend les armes pour faire face aux Ygnirs.

Mais sombres et puissantes étaient les énergies déployées et grande demeurait leur haine pour les Anciens et leurs enfants. De nombreux morts jonchaient les sentiers de la guerre et chacun d'eux était une lame profondément enfoncée dans le coeur des Anciens. La guerre était terrible, et de nombreuses batailles eurent lieu, la galaxie se parant de sang et de larmes. Alors, contemplant du haut de son trône de diamant la désolation et les systèmes partis en poussières, Asuryan, Seigneur de tous les Dieux, plongea ses mains dans le Bassin de l'Infini et ,usant de ses pouvoirs divins, il sépara le Monde des Immortels par le Tissu de l'Infini, et ainsi et jusqu'au Rhana Dandra, les Mondes Mortels et Immortels seront à jamais distincts. Alors, Isha, que les Eldars considéraient comme leur Mère, versa des larmes de désespoir et de chagrin car elle savait ce que cela signifiait pour ses enfants mais surtout pour les Anciens eux même, car voici, ils étaient alors privés d'une partie de leurs pouvoirs, et condamnés à dépérir et s'éteindre.

Bien que diminués et affaiblis, les Yngirs ne plièrent pas et la guerre continua, alors que Kaela Mensha Khaine se délectait de la violence des combats. Mais voici! Alors que tout espoir avait disparu, vint le Messager que les légendes nommèrent Mephe'tran, et il retourna les Ygnirs les uns contre les autres. Nul ne sût jamais qui il fût vraiment, et l'on murmure qu'il s'agirait de Cegorah en personne ou encore, du plus rusé des Ygnirs. S'entre dévorant, ils se désintéressèrent de leurs proies pendant des années.
Alors Khaine rassembla ses armées et renforça son pouvoir. Il vint trouver Vaul le Dieu forgeron et lui proposa un marché. Isha et Kurnous étaient depuis longtemps enfermés dans ses cachots depuis qu’Isha avait transgressé les ordres d’Asuryan, et ils subissaient maints tourments dans ces sombres salles.

Ainsi,Khaine lui proposa t- il leur libération contre une tache unique: forger à son intention cent épées de grande qualité, qu'il devrait terminer en une année. Vaul accepta cette tâche, et durant un an, ses forges crachèrent des torrents de flammes et de fumées, alors que de puissants sortilèges étaient tissés et que ses serviteurs lui amenaient toujours plus de minerai. Lorsque le temps fût écoulé, il restait encore une lame inachevée. Alors, Vaul la remplaça par une lame ordinaire issue de ses armureries, afin que le Dieu de la Guerre ne remarqua point que sa tâche n’était pas accomplie. Ainsi furent créés les artefacts les plus puissants qui ne furent jamais: les Spectres des Lames, les légendaires Epées de Vaul.
Lorsqu'il apporta son dû à Khaine, celui-ci s'enthousiasma tellement qu'il ne remarqua pas la supercherie et il libéra Isha et Kurnous.

Et voici, les Ygnirs s'étaient entre dévorés, si bien qu'il n'en resta bientôt plus que cinq et ils tournèrent une fois de plus leur sombre regard vers les mortels. Parmi eux il fut Khaelis Râ, le dévoreur de lumière, le plus puissant parmi eux. Ayant soif de toujours plus d'énergie, il tourna son attention vers un groupe de planètes situées en bordure extérieure de la Galaxie. S'avançant, il dévora toute vie et blessa à mort nombre de mondes paradisiaques, dont Ethanon, l’Arbre des Ames, l'Arbre d'Isha, fût brisé et vidé de son énergie et les eldars de l'Athal Naaru versèrent des larmes de tristesse et de colère, et maudissant à jamais les Yngirs et leurs serviteurs pour tout le malheur qu'ils apportaient à la Galaxie. Nul mot ne pourra jamais décrire les souffrances, les douleurs et le désespoir qu'il y eût en ces temps, et ce qu’il en demeure aujourd’hui n’est qu’un simple murmure de ce qui fût jadis.

Alors tous se rassemblèrent pour l'ultime bataille, et Khaine donna l'une des épées de Vaul à chacun des plus puissants héros eldars. Parmi eux fût Altianesh de la Maison Sulimo, qui avait fédéré les Maisons nobles d'Ethanon autour de la sienne et créé l'Athal Naaru au nom de la Mère de Toute Chose. A ses cotés combattaient Eldanesh et Ulthanash héros légendaires et fondateurs de leurs Maisons et Lanthrilaq le Vif, qui portait la Lame Inachevée. Les armées attendaient, et un grand cercle se formait autour de ces héros mythiques alors que la bataille allait débuter.



Et voici! Eclairés par leurs lames, les héros combattirent en un grand cercle défensif que les Nécrontyrs ne purent pénétrer. Les énergies spirituelles que renfermaient les Epées de Vaul ne pouvaient être contrées, car nul ne saurait briser les armes forgées par un Dieu. La Grande Bataille dura sept jours et sept nuits, et il est dit que les cris atroces des mourants sont encore audibles au sage qui sait tendre l’oreille. Et voici, sentant une faille dans le cercle de leurs ennemis, les Ygnirs frappèrent du coté de Lanthrilaq le Vif. Celui-ci était épuisé, ses traits tirés par une fatigue intense, lorsque sa lame perdit son éclat. Le cercle fut brisé, le ciel trembla lorsque Khaine hurla sa colère, et il est dit que les Ygnirs eux-mêmes reculèrent de terreur pendant un instant. Car enfin, Vaul l’avait trompé, et sa création inachevée gisait devant lui, là ou un instant plus tôt se tenait Lanthrilaq le Vif. Nombreux furent les héros à tomber en cet instant et parmi eux Ulthanash et Altianesh.

Alors vint Celui Qui Amène la Nuit et les eldars reculèrent, se sachant condamnés. Kaelis Ra en abattit un grand nombre, et d’un simple regard, brisa leurs âmes car voici qu’en ce temps, il était au summum de sa puissance. Et l’espoir avait disparu lorsque Khaine descendit d’Alean son destrier mythique et, poussant un cri de guerre assourdissant, il abaissa sa lance et chargea. Il est dit alors que le Monde dans son ensemble trembla, et que les combats se figèrent car peu de créatures mortelles ont déjà pu observer la charge divine du Dieu de la guerre. Leurs armes se rencontrèrent et des vagues de flammes et de magie surgirent et il est dit que leur lutte faillit rompre les cieux eux mêmes. Mais malgré sa vitesse et son talent inégalés, Khaine ne pût percer de sa lance le corps de cet adversaire d’ombre, car il n’appartenait point vraiment à ce plan d’existence.

Et voici qu’avec la patience de la mort, Kaelis Ra laissa son assaillant épuiser sa rage. Soudain, il porta un coup brusque en visant de sa faux la gorge de Khaine, mais celui-ci avait cherché conseil auprès du Dieu Moqueur, et lorsque ce fils des étoiles prit une consistance matérielle afin d’atteindre le Dieu de la Guerre, celui ci se fendit et la pointe de sa lance traversa son ennemi de part en part, dans une gerbe d’énergie et de lumière aveuglante.

Mais nul ne pouvait vraiment tuer Kaelis Ra, celui qui est le Dévoreur, car il demeurait l’incarnation même de la Mort. Son essence fût brisée et s’échappa dans l’espace en milliers de fragments argentés, et l’on dit qu’il retourna en son monde afin de reprendre une incarnation physique.

Alors, voyant le plus puissant d’entre eux brisé et vaincu, les Ygnirs et leurs serviteurs se replièrent, ils retournèrent en leurs Mondes Nécropoles et ils entrèrent dans le Sommeil d’Ombre, un sommeil qui ne serait pas troublé avant des millions et des millions d’années.

Et voici que, Vaul s’avança et, ayant reforgé la dernière lame, Anaris, la plus belle et la plus puissante de toutes se tint devant Khaine, le toisant de tout son être, car en ce temps là, il n’était pas encore infirme, et avait même dit-on le corps le plus parfait parmi les Dieux. Les récits et les mythes ne manquent pas concernant ce combat épique, et nombre de légendes content aussi comment Eldanesh, récupérant Anaris, le défia à son tour avant d’être brisé, mais de ces récits il n’est pas question ici.

Car enfin, lorsque le dernier Nécrontyrs eût fui, vint le temps pour les Dieux de partir, de traverser pour la dernière fois le Tissu de l’Infini, vers les Terres Immortelles, au-delà du domaine des vivants, afin de laisser le destin de la Galaxie entre leurs mains. Nombreux sont les poèmes et les odes eldars à chanter la Dernière Marche des Immortels, Nath Analven Valahar dans leur langue, et elles demeurent parmi les plus belles paroles qu’ils écrivirent. La légende raconte que la dernière à quitter le plan mortel fût Isha, Mère de Toute Chose, car elle s’attarda sur le corps sans vie d’Altianesh. Alors elle se pencha et murmura des mots de pouvoirs à l’oreille de son cadavre. Une puissante lumière en jaillit alors qui s’éleva et resta comme en lévitation. Puis, alors que la dernière divinité eldar franchissait le Pont d’Or et que celui-ci se dissipait, elle sembla prendre la forme d’un corps.

Ainsi s’acheva l’Age des Ténèbres, qui vît la victoire finale des Anciens et de leurs enfants. Le temps de ces êtres immensément intelligents prenait fin avec la création de ce qu’ils appelaient le Warp car leurs pouvoirs leur étaient à présent retirés. Ils entrèrent alors sur le Chemin de l’Extinction et de ces légendes il sera question plus tard. A présent, rentrez chez vous, endormez vous d’un sommeil léger. Rêvez des héros de jadis et des vastes armées rassemblées en leur nom. Révez de l’Athal Naaru et de la Mère de Toute Chose, car demain, de nouvelles légendes seront contées »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voïvode Dajan
Bisounours
avatar

Messages : 2949
Date d'inscription : 11/11/2012
Age : 22
Localisation : Underworld

MessageSujet: Re: Chroniques d'yggdrasill   Sam 12 Jan 2013, 22:46

Superbe histoire, vraiment bien racontée.
Kaelis Ra,c est le Nightbringer, n'est ce pas ?
Merci bien, je voulais justement en apprendre plus sur les divinitées Eldars
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manwë
tourmenteur
avatar

Messages : 454
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Chroniques d'yggdrasill   Sam 12 Jan 2013, 22:57

Voïvode Dajan a écrit:
Kaelis Ra,c est le Nightbringer, n'est ce pas ?

C'est ça^^"

Je précise aussi que j'ai écrit ce passage sous l'ère du codex Necron V3, et du fluff qui va avec. Je garde ce fluff, car je le trouve carrément plus convainquant que la sombre bouse cosmique actuelle à base de "lol on a des grosses armes lol pan le C'Tan t'es mort lol. Par contr toi l'zoneil là, t'es balaize, on va aller dormir..." ^^"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnar
succube
avatar

Messages : 753
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'yggdrasill   Sam 12 Jan 2013, 23:09

Apprenez vos nobles origines, cousins dégénérés \o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voïvode Dajan
Bisounours
avatar

Messages : 2949
Date d'inscription : 11/11/2012
Age : 22
Localisation : Underworld

MessageSujet: Re: Chroniques d'yggdrasill   Sam 12 Jan 2013, 23:10

Dis, en parlant des Nécrontyr, je me demandent a quoi ils ressemblaient avant leur "metallisation".
Encore bravo a toi, si tu fais une suite du mythe, j'aimerai bien voir Asuryan et Vaul combattre un poil plus, quitte a inventer une part de l'histoire des dieux(Isha et Kurnoos ne peuvent pas le faire, c est logique, mais les autres, ça serait marrant)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manwë
tourmenteur
avatar

Messages : 454
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Chroniques d'yggdrasill   Sam 12 Jan 2013, 23:16

Voïvode Dajan a écrit:
Dis, en parlant des Nécrontyr, je me demandent a quoi ils ressemblaient avant leur "metallisation".

Ca n'est pas dit dans le fluff. Mais on sait qu'ils étaient humanoïdes, et de constitution assez faible (dûe à l'hyper activité de leur soleil).



Voïvode Dajan a écrit:
Encore bravo a toi, si tu fais une suite du mythe, j'aimerai bien voir Asuryan et Vaul combattre un poil plus, quitte a inventer une part de l'histoire des dieux(Isha et Kurnoos ne peuvent pas le faire, c est logique, mais les autres, ça serait marrant)

Je n'ai pas plus écrit sur la Guerre Céleste en elle même. Par contre, y a toute une partie déjà écrite sur la genèse des dieux et des eldars^^" Mais il faut que je termine la partie sur les Eldars avant (si tu aimes les dieux, le chapître sur laChute devrait te plaire^^").
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voïvode Dajan
Bisounours
avatar

Messages : 2949
Date d'inscription : 11/11/2012
Age : 22
Localisation : Underworld

MessageSujet: Re: Chroniques d'yggdrasill   Sam 12 Jan 2013, 23:19

En fait, personnellement, c est ce qui se passe avant la chute des Eldars qui m'interesse.
Bon, en tout cas, bon travail ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manwë
tourmenteur
avatar

Messages : 454
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Chroniques d'yggdrasill   Sam 07 Sep 2013, 19:12

Plus d'un an sans poster! Voilà qui est mal!^^

Donc, un petit conte, qui donne en même temps le fluff de ma Reine de Guerre WK, Reia, Shield of Isha, de son prénom Smile

Bonne lecture!

La légende d'Aelendel

« Et sous les fleurs d'edelweiss il l'aperçut, ses cheveux ondulant sous la brise légère de l'aube naissante.». Ôde à Aelendel, verset IX.

«Il est de nombreuses légendes contées pami les gens de mon peuple. De grands héros téméraires, des guerriers tumultueux et imprévisibles, aux puissants Dieux eux mêmes. Des armées implacables qui marchèrent sur le Sentier d'Or, aux prières chantées sous la lueur bénie des étoiles. Pourtant, il en est certaines, parmi les plus humbles, qui demeurent en retrait. Certaines qui ne sont connues que d'une poignée, et qui pourtant, ont façonné mes frères et mes soeurs depuis les temps jadis. Cette histoire est celle d’Aelendel. Aelendel l'Infirme. Aelendel le Sculpteur. Car voici ! Cette histoire commence il y a fort longtemps, sur les terres bénies de la lointaine et verdoyante Ethanon. Grands demeuraient les eldars de ces contrées, et de grands talents étaient leurs artisans. Certains parmi eux étaient de fervents orfèvres, d'autres de grands guerriers, acclamés jusqu'aux arènes éclatantes du Grand Temple de Khaine d'Ainür. D'autres encore étaient de puissants sorciers, et de grands mages, tisseurs de sorts et guerrisseurs versés dans le mystique. Certains travaillaient la soie, et produisaient les plus belles étoffes de tout le secteur oriental. D'autres encore dressaient des flèches et des tours majestueuses, qui semblaient défier les Cieux eux mêmes.


Aelendel Ithrandir n'était rien de tout cela. Il vint au monde un jour béni où la lune d'Ethanon était haute dans le ciel. Mais il vint difforme et infirme, le visage hideux, et un hémi-corps paralysé. Son père, grand gladiateur des arènes du Temple de Khaine, l'abandonna avec sa mère, et s'embarqua pour les Hautes Arènes d'Ainür, d'où il ne revint jamais. Peu de temps après, sa mère, de chagrin, se donna la mort sous une nuit couverte d'étoiles, au bord du petit lac de Kael Adwalon. Aerendel passa son enfance dans les forêts et les prairies verdoyantes d'Ethanon, s'imprégnant des énergies et de la magie de la Nature. Il vivait parmi les oiseaux et les arbres, et avec toute les merveilles que pouvaient offrir la planète de ses frères. Il n'était pas un grand guerrier comme son père, ni un chanteur comme ceux des villes du Grand Cercle de Pierre. Il n'était pas doué comme ces bardes itinérants, et n'avait pas la prose de ces grands écrivains et poêtes dont les talents étaient très prisés des nobles des hautes sphères. A vrai dire, Aelendel n'était même pas particulièrement doué psychiquement. Ses malformations avaient aussi touché son esprit, et il ne s'exprimait qu'avec difficultés avec les siens. Ainsi chercha t'il le réconfort des forêts et des plaines, en plongeant dans le calme et la sérénité des vastes étendues d'Ethanon. Certains des jeunes eldars de la ville venaient le trouver, afin de le railler et le moquer, et cela augmentait un peu plus chaque jour la tristesse du pauvre Aelendel, qui chaque jour un peu plus, se sentait différent.

Jusqu'à ce qu'un matin de printemps, une jeune eldar aux cheveux d'argent vint le trouver, sur les bords du lac Kael Adwalon qu'il affectionnait tant. Il crut d'abord qu'il s'agissait encore d'une de ces danseuses qui se plaisait souvent à venir railler les malformations de son corps, mais il s'aperçut très vite que cette eldar était différente des autres. Elle se contenta de le regarder, ses yeux perçants comportant une infîme lueur d'or, et toucha son visage et sa canne sculptée dans un bois dense du coeur de la forêt. Contrairement aux autres eldars, il n'y avait aucun jugement dans ces yeux, ni aucune lueur de moquerie ou de raillerie. Elle semblait le considérer pour ce qu'il était : un frère eldar, et non un objet d'amusement. Ainsi, les saisons passèrent, et Aelendel retrouvait chaque jour l'eldar aux cheveux d'argent au bord du lac aux reflets bleutés. Un beau matin ensoleillé, alors que les grands arbres étaient couverts de fleurs, et que les edelweiss nacrées perlaient les abords du lac, l'eldar lui apporta un morceau de sethelne. Il n'avait jamais tenu de sethelne pur entre les mains, la substance mystique était à la fois très chère et très prisée, aussi refusa t'il le cadeau dans un premier temps. Mais lorsqu'il plongea son regard dans les yeux de l'eldar aux cheveux d'argent, qu'il vit ce visage rayonnant et ce sourire qu'encadrait une cascade d'argent, il ne put se résoudre à refuser. Il fit courir ses doigts valides le long de la surface nacrée et lisse, et les sensations qu'il éprouva alors étaient différentes de tout ce qu'il avait connu jusque là. Lorsque ses doigts parcoururent la surface nacrée, elle sembla malléable, et changea de forme et de concistance, à mesure que les ondes psychiques de son esprit traversaient la matière sacrée. Surpris, il lâcha le morceau de sethelne, qui tomba avec légèreté sur le sol couvert de mousse. L'eldar aux cheveux d'argent éclata d'un grand rire enjoué, qui fit rire Aelendel à sa suite. C'est ainsi qu' Aelendel décrouvrit son don: il pouvait manipuler le sethelne, et lui donner les formes qu'il sésirait. Et il pouvait le faire comme personne ne l'avait jamais fait...

C'est ainsi que de nouveaux cycles se suivirent. Aelendel passait de nombreuses journées à manipuler le sethelne, à le courber de son esprit, à dompter sa volonté et son caractère changeant. De jeunes eldars venaient toujours railler le pauvre Aelendel, et d'autant plus qu'il s'essayait à présent à la sculpture. Un infirme essayant de faire quelque chose de ses mains les amusait beaucoups. Mais toujours l'eldar aux cheveux d'argent venait le trouver, et tous les soirs ils passèrent à contempler les étoiles. Aelendel lui racontait les légendes de son peuple qu'il avait entendues lorsque les chanteurs et les bardes passaient sur les chemins traversant la forêt. De grands guerriers d'argent aux bannières étoilées, de puissants héros bravant avec vaillance les plus terribles monstres, et même des légendes sur les Dieux et Déesses eux mêmes. Il lui conta même comment Isha  fit pousser le Grand Arbre des Dieux, au coeur du Palais du Roi Phénix. Et alors que les cycles passaient, les oeuvres d'Aelendel se firent de plus en plus radieuses et rayonnantes, à mesure que son art se faisait plus grand encore. De nombreux eldars vinrent sur les sentiers, et de nombreux nobles voulurent louer ses services, attirés par son incroyable don. Mais jamais Aelendel ne quitta sa forêt, car enfin, durant toutes ces années, ces mêmes gens l'avaient raillé, le nommant Aelendel l'Infirme, Aelendel le Difforme. Certains pensaient même que c'était une malédiction, un chatiment lancé par les Dieux eux mêmes pour la mort de sa mère. Personne ne s'intéressait à lui, et ceux qui venaient le trouver ne le faisaient pour moquer son corps et railler ses difficultés psychiques. Durant toutes ces années, il avait vécu seul, n'ayant pour seuls amis que les arbres majestueux et les grands aigles de la forêt. Puis l'eldar aux cheveux d'argent était venu. Certains voulurent lui dérober ses oeuvres, mais à l'instant même où ils les touchaient, celles ci redevenaient des amas difformes de sethelne, où s'évaporaient en une poussière brillante et scintillante portée par les vents.

Et voici qu'un jour, la grande lune d'Ethanon brilla haut dans le ciel. Aelendel sentit pour lui qu'il était temps de réaliser une oeuvre plus grande que tout ce qui ne fut jamais. Une oeuvre comme un artiste n'en produit qu'une dans toute son existence. Une oeuvre qu'il ne pourrait plus jamais surpasser. Elle serait l'apothéose de son talent. Le firmament de son art. Détachant la petite embarcation qu'il utilisait pour naviguer sur les eaux calmes et bleutées du lac, Aelendel se rendit sur la petite île au centre du Kael Adwalon, serrant dans sa main valide la bourse cousue contenant le premier morceau de sethelne que l'eldar aux cheveux d'argent lui avait offert. Au coeur d'un monticule entouré d'edelweiss, il placa ce petit morceau immaculé, et le recouvrit de la terre bénie du grand lac. Alors durant sept jours et sept nuits, il travailla le sethelne, le modelant selon ses désirs, et toujours, l'eldar aux cheveux d'argent venait l'observer, sur les rives du lac aux reflets bleutés. Cette présence l'encourageait et le réconfortait en même temps, à mesure que son oeuvre prenait forme. Et au crépuscule du septième jours, il s'endormit aux pieds de l'oeuvre majestueuse qui se dressait à présent au centre du lac, pour ne jamais se réveiller.

Et voici ! L'eldar aux cheveux d'argent se dressait dans toute sa splendeur , faite dans le sethelne le plus pur. Ses yeux amande semblaient transpirer d'un pouvoir mystique, et ses drapés sculptés paraissaient poussés par les vents. La lumière des étoiles se reflétait sur la courbe gracieuse des cheveux qui cascadaient dans le dos de la statue, et des jambes fines la maintenait au sol. Elle était véritablement sa meilleure oeuvre. Il n'avait jamais entendu le nom de l'eldar aux cheveux d'argent, et n'avait jamais voulu le connaitre. Elle était à la fois une soeur et une amie pour le pauvre Aelendel, et c'était ce qui lui tenait à coeur. Aussi avait il décidé de nommer son oeuvre Reia, en hommage aux nuits étoilées qu'il affectionnait tant partager avec l'eldar aux cheveux d'argent. Pourtant, au matin, nul eldar ne vit trace de cette prouesse, et nul eldar ne trouva trace d’Aelendel l'Infirme, Aelendel le Difforme. Alendel le Sculpteur. Tous deux avaient disparus. Pourtant, le défun sculpteur ne sut jamais que sous les traits en joués et mystiques de l'eldar aux cheveux d'argent, se cachait en réalité Isha elle même qui, touchée par la tristesse et la solitude de ce jeune eldar, avait décidé de lui redonner un peu d'étincelle de bonheur... Quant à son oeuvre, elle réaparut, lors de la grande fête du Septième Equinoxe de Printemps lorsque, avançant au devant du Grand Temple d'Isha, sur la clairière de cristal, les prêtresses s'inclinèrent devant une statue majestueuse semblant représenter la Haute Mère, dans toute sa gloire et sa splendeur, et qui paraissait vivante. Car voici ! Afin d'honnorer l'existence même du pauvre Aelendel, la Mère de tous les eldars avait placé au coeur du sethelne un infîme fragment de son essence, donnant une conscience et une volonté à cette oeuvre, si bien que certaines nuit où la lune d'Ethanon brillait haut dans le ciel, elle pouvait retourner sur les lieux où Aelendel avait vécu, et s'était tenu, dans la petite plaine sous les étoiles où un jeune infirme avait rencontré une eldar aux cheveux d'argent.

Des millénaires plus tard, cette statue trône toujours dans le Naos du Grand Temple d'Isha, sur Yggdrasill. Elle est le trésor le plus précieux du Cénacle d'Isha, après l'Yghel Draesil lui même, et il est dit que l'apercevoir ne serait ce qu'un instant redonne vigueur, courage et espoir. Il est dit aussi que lors de la Chute d'Ethanon, en guise d'allégence retrouvée, Celebrian Thel'Danar, Matrone de la Haute Maison des Thel'Danars, offrit en présent au Cénacle la légendaire Lævateinn. Il est dit que cette lance fut portée par le fondateur de la Haute Maison Thel'Danar lui même lorsqu'il affronta Kaelis Râ au devant du tronc sacré de l'Arbre d'Isha à bord de son légendaire claurifeliann, et y trouva la mort. La légende raconte que Vaul lui même enferma dans cette lance la fureur de mille soleils, et que les lames qui la constituent sont tissées de mots de pouvoirs plusieurs fois millénaires que nul mortel ne peut briser. C'est avec cette lance que Reia, nommée par le Cénacle lui même «Bouclier de la Haute Mère » se rend au combat, afin de défendre les Ishayas et les domaines de la déesse qui lui donna  la vie. Certains parmi les gens de mon peuple ne comprennen tpoint pourquoi des serviteurs de la Haute Mère prennent les armes.  Mais voici, comme l'a jadis écrit la Haute Prophétesse Yavanna, louée soit elle : « Aussi pur et immaculés que sont les pétales d'edelweiss, ils ne peuvent remplacer l'épée et le bouclier lorsque l'Ombre et les Ténèbres menaceent l'Ordre et la Nature. Nous sommes les enfants d'Isha, et ainsi sommes nous à la fois l'épée et le bouclier. Celui qui protège les domaines de la Mère et dispense Ses prières guerisseuses et celle qui tient l'Ennemie et Ses serviteurs à l'écart. »

Ainsi s'achève l'histoire d’Aelendel le Sculpteur. Qu'est il advenu de lui ?La légende ne dit pas. Certains des plus habiles pilotes des Thel'Danars, versés dans l'art de communier avec les morts et les mener au combat dans de gigantesques claurifelianns, murmurent que son âme serait toujours présente dans le coeur de Reia, et que ce serait elle qui la mènerait au combat. D'autres pensent que son âme demeurerait dans le coeur du Réseau d'Infinité d'Yggdrasill, et nombreux sont ceux à chercher son conseil en vain. Et au sein du Culte d'Isha, parmi les Prophétesses elles mêmes, il se murmure qu'à sa mort, Aerendel rejoignit Isha au firmament, et qu'il périt lorsque le Seigneur de la Décrépitude la ravit à l'Ennemie. Toujours est t'il qu'il est révéré sur Yggdrasill comme le Premier de tous les sculpteurs, et son nom est prononcé avec un grand respect parmi les Chanteurs de Moelle du vaisseau-monde. Ainsi est contée l'histoire d'un infirme béni par la Mère qui devint le plus grand sculpteur qui vécu jamais en Alvalondë. Quant au voyageur qui s'égare suffisament longtemps, il lui est parfois possible, lorsque les nuits étoilées éclairent la surface magique d'un lac bleuté, d'apercevoir dans l'infime lueur la silhouettes gracieuses d'une statue attendant son créateur... »


Dernière édition par Manwë le Sam 07 Sep 2013, 20:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iahen
voïvode reconnu par la confrérie du temple noir
avatar

Messages : 1592
Date d'inscription : 03/07/2012
Age : 21
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Chroniques d'yggdrasill   Sam 07 Sep 2013, 20:36

Et beh... O_O C'est très bien écrit et captivant ! Continu autant que tu peux à écrire dans cette section cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kallen Stark
hellion
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 28/06/2013
Age : 22

MessageSujet: Re: Chroniques d'yggdrasill   Dim 08 Sep 2013, 11:44

Magnifique ! On dirait de la mythologie grecque.
C'est attristant et émouvant à la fois.
Bravo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
etinola
succube
avatar

Messages : 701
Date d'inscription : 17/10/2012
Localisation : la ou il fait bon que je sois

MessageSujet: Re: Chroniques d'yggdrasill   Dim 08 Sep 2013, 17:35

Shocked  

BRAVO !!!!
Magnifique !!!
Quand est ce qu'on a la suite Questionbounce bounce bounce bounce bounce 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chroniques d'yggdrasill   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chroniques d'yggdrasill
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chroniques d'yggdrasill
» FLIC Chroniques de la police ordinaire, Bénédicte Des forges
» Chroniques d'un retour en Auvergne
» [Fluff perso] Les Chroniques d'Yggdrasil
» Yggdrasill (jdr sur les vikings) livre de règles offert en pdf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les voleurs d'âmes :: les palais de Commorragh :: La sombre épopée-
Sauter vers: